Sunessence

Alien Sunessence

Alien Sunessence,  c’est mon odeur pour cet été. Je suis triste parce que c’était une collection éphémère, que j’en suis à la fin du flacon et que je ne le retrouve plus nulle part. En règle générale, je n’aime pas les eaux fraiches et les senteurs légères. Seulement voilà,  le parfumage lorsqu’il fait chaud, devient un exercice délicat.  Kenzo Jungle, malgré tout mon amour, passé les 15°C ça relevait de l’opération kamikaze. D’une je supportais difficilement son odeur ces derniers mois  et de deux j’ai la peau plus photosensible que jamais. J’ai donc dû tirer un trait sur tous les trucs sur-alcoolisés qui m’infligeaient des brûlures au second degré dès  la cinquième minute d’exposition. Eh ouais mon attrait pour les jus lourds et capiteux a ses limites et elles coïncident avec le début de la période estivale.

Pour autant je ne dis pas adieux à mon gout pour l’ostentatoire puisque Alien Sunessence interpelle et ne ressemble à rien de connu. Il porte même très bien son nom. Son odeur chaleureuse  et  magnétique n’évoque rien de naturel.  C’est une version légère et citronnée  de l’eau de parfum que je porte de temps en temps qui est un oriental-ambré. Et donc à priori je n’aime pas (on avait dit que je ne suis ni une fille hespéridée, ni une fille fleurie).  Sauf que le fond boisé l’emporte et que c’est une senteur lumineuse, irradiante et enivrante comme j’aime. Je vous dis ça parce qu’ au final, les sensations que l’on éprouve et les images qui nous viennent en tête au contact d’une odeur sont bien  plus représentatives  que des composants olfactifs dissociés les uns des autres. Mais ça, c’est un peu l’histoire de tous les parfums.

Et vous alors,  l’été vous portez quoi  ?

Vous aimerez peut-être