LOVE

Sebastien-Tellier-Love-Official-VideoIllustration  de Valentine Reinhardt, tirée de la vidéo « Love », Sébastien Tellier

(C’est pas le vrai clip mais c’est juste pour la musique. Dans la version officielle, le morceau a été amputé de son épilogue, ma partie favorite. C’est vraiment pas sérieux.)

Globalement, j’apprécie beaucoup la musique de Sébastien Tellier, musicien multi-instrumentiste complètement barré. J’ai cette impression que son art se nourrit beaucoup plus de tripes que d’intentions, alors ça me plait. J’aime bien les langages sibyllins, les trucs chelou livrés sans mode d’emploi. Il y’a clairement plein de morceaux what the fuck qu’il a vraisemblablement écrits juste pour lui, pour prendre l’empreinte de ses émotions. Comme une sorte de profession de foi artistique. Des morceaux qui s’en foutent de tout, qui n’ont pas pour vocation de faire bouger les têtes ou les culs, ni même de faire kiffer les mélomanes. Des oeuvres musicales hors de contrôle, conçues comme des jaillissements cathartiques qu’il aurait couché sur partition et qui échapperaient totalement à la grille critique habituelle.

Et puis il y a Love.

C’est un ressenti très personnel, mais ce morceau là, je l’envisage comme un magnifique cadeau fait aux autres. 4 minutes et 27 secondes de grâce et d’harmonie absolue. J’aime cette chanson très fort. Chaque petite note, chaque variation de son c(h)oeur. Dès les premières mesures, je ferme les yeux et je m’envole dans ma tête. J’imagine tout plein de jolies choses. Dans les moments les plus favorables, sur mon tapis de yoga, ou juste avant de m’endormir, c’est presque un état de transe qui me gagne. Quelles que soient les merdes ayant ponctué ma journée, les heurts, mon impuissance face aux douleurs extérieures qui se font miennes, je m’enrichis toujours d’un instant de bonheur pur. Un moment totalement en dehors des frustrations et problématiques du quotidien. C’est ça le pouvoir de la musique.

Une mélodie pénétrante, c’est un merveilleux support pour aimer, pour avoir mal, imaginer, méditer et ouvrir son coeur aux autres. C’est aussi le plexus solaire qui chatouille, et cette irrépressible envie de pleurer à 3 minutes et 10 secondes…

C’est une des rares chansons qui me fait expérimenter de telles émotions, un sentiment d’exaltation teinté d’une mélancolie intense… Alors, avec mon amoureux et notre fils, on s’arrête tous les trois, on bat la mesure. Mon petit garçon chante à contre-temps, on se sourit béatement et on apprécie la valeur de l’instant présent.

LOVE. AND REPEAT.

 

Vous aimerez peut-être